cédrika-provencher

Sur les traces de Cédrika Provencher – Stéphan Parent

L’enlèvement de Cédrika Provencher à l’été 2007 a secoué tout le Québec. C’est l’une de ces tragédies qui laisse une marque profonde sur notre mémoire collective. C’est à peine si on ose croire que ce drame horrible s’est bien produit dans la région de Trois-Rivières, ici, au Québec.

Après avoir écouté le documentaire disponible sur TOUT.TV relatant l’affaire, j’ai eu connaissance qu’un livre avait été aussi écrit. J’ai tout de suite été intéressée à en savoir davantage. Est-ce que j’allais découvrir des faits nouveaux concernant cette affaire ? Est-ce que j’allais comprendre pourquoi le coupable court toujours ? Tout ce que je désire, c’est que justice soit rendue. Je crois qu’il faut continuer de parler de Cédrika comme le fait l’auteur Stéphan Parent par le biais de ce livre, afin d’éveiller les consciences et de ne jamais oublier la petite Cédrika.

Résumé – 4e de couverture

À l’été 2007, un drame survient secouant tout le Québec : une fillette de neuf ans de la région de Trois-Rivières est portée disparue. L’inquiétante nouvelle de la disparition de Cédrika Provencher fait les manchettes et alimente les médias des années durant, d’autant plus que le mystère entourant l’événement reste entier. Alors que le temps avance et que l’enquête piétine, Stéphan Parent, scénariste s’intéressant particulièrement aux cas d’enlèvements d’enfants, planche sur un nouveau projet. Le documentaire qu’il prépare se veut un outil pour prendre le relais là où les forces de l’ordre ont failli, et projeter sur grand écran des renseignements et indices susceptibles d’aider à retrouver la petite. Alors qu’il est contraint d’interrompre la réalisation de son long-métrage, Stéphan Parent ne peut se résoudre à garder sous silence les informations inédites qu’il a colligées au fil de ses démarches. Ce témoignage lève le voile sur ce qui n’a jamais été révélé au grand public.

Mon avis

Avant de vous dire mon opinion sur le livre, voici quelques informations en rafale :

  • L’homme qui a enlevé Cédrika lui a demandé son aide afin de retrouver son petit chien.
  • Une voiture rouge de marque Acura 2004 a été aperçu à de nombreuses reprises dans le secteur et aussi la journée même de l’enlèvement.
  • Les ossements de la petite Cédrika sont retrouvés le 11 décembre 2015 dans un secteur boisé de la région de Trois-Rivières.
  • Suspect principal : Jonathan Bettez (arrêté pour possession de matériel pornographique en 2016 et acquitté en 2018 faute de preuves tangibles)
  • Jonathan Bettez a toujours refusé de passer le test du polygraphe.

 

Certains faits nouveaux (pour moi) dont l’auteur fait mention dans le livre :

  • Ève Duquette (amie de Cédrika) qui accompagnait Cédrika Provencher la journée du drame reconnaît l’homme qui leur a demandé de chercher le petit chien lorsqu’elle voit Jonathan Bettez à la télévision.
  • Des maillots de bain et des sous-vêtements d’enfants disparaissent des cordes à linge le jour de l’enlèvement le 31 juillet 2007.
  • Une résidente de Trois-Rivières participe aux recherches avec l’aide de son conjoint. Elle aperçoit le soir même de l’enlèvement deux hommes sur le bord de l’autoroute 40 à côté d’une camionnette rouge. L’un des hommes tenait une pelle.
  • Le témoignage d’un camionneur qui dit avoir vu le 1er août 2007 une voiture rouge de marque Acura 2004 alors qu’il roulait sur la 40. Le conducteur de l’Acura lui a fait signe pour lui demander de le laisser passer et le camionneur lui a cédé le passage. Le camionneur a remarqué une personne de la taille d’un enfant du côté passager qui dormait. Puis, pendant 2 semaines après l’enlèvement, le camionneur a vu la voiture rouge stationnée chaque matin à gauche d’une bretelle de sortie près d’un chemin menant dans la forêt près d’une ancienne pépinière. Lorsqu’il a vu Jonathan Bettez à la télévision, le camionneur a tout de suite reconnu l’homme de la voiture rouge.

 

Mon but ici n’est pas de porter des accusations contre qui que ce soit, mais ces faits nouveaux soulèvent chez moi de nombreux questionnements. Comment est-ce possible que la police n’ait rien trouvé de concret sur le coupable après toutes ces allégations ? Faute de preuves tangibles encore une fois j’imagine.

J’ai trouvé Stéphan Parent vraiment respectueux dans ces propos. On voit bien que ce livre ne sert pas du tout à faire du sensationnalisme. Comme inscrit sur la couverture, il s’agit du parcours d’un homme en quête de vérité. Son écriture est fluide et sans fla-fla. J’ai appris beaucoup de détails sur cette affaire et j’espère vivement que justice sera faite.

Selon moi, il s’agit d’un livre nécessaire et primordial pour non seulement garder l’histoire de Cédrika dans nos mémoires, mais aussi pour nous sensibiliser aux enlèvements d’enfants qui sont malheureusement toujours d’actualité.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire