Je : « Connais-toi toi-même : oui, mais comment faire? » – Serge Marquis

Je vous présente le plus récent ouvrage de Serge Marquis, paru en avril 2021. Je : « Connais-toi toi-même : oui, mais comment faire? » est un livre qui invite à la réflexion au sujet de la connaissance de soi, de l’ego et de nos réactions à diverses situations de la vie quotidienne. À travers des histoires cocasses où l’auteur se met en scène, le lecteur démystifie les mécanismes du « Je », l’identité aux multiples facettes que chaque être humain se fabrique. Renommé pour son titre bien connu de « Pensouillard le hamster », Serge Marquis est un médecin spécialiste en santé communautaire et titulaire d’une maîtrise en médecine du travail. Il a rédigé plus de 10 ouvrages et possède un intérêt particulier pour le stress, l’épuisement professionnel et la détresse psychologique.

Avant d’écrire cette chronique, j’ai recherché sur google si des critiques avaient déjà été écrites puisque j’ai eu de la difficulté à me faire une opinion sur ce nouveau livre de Serge Marquis. Bien sûr, certains concepts m’ont interpellé, mais j’ai toutefois été surprise par certains propos. Je vous en dis davantage ci-dessous.

Mon avis

Est-ce un livre de développement personnel? Un peu oui, mais je dirais plutôt que l’auteur partage sa vision de ce fameux « Je ». Pour vous illustrer le tout, je pourrais commencer par dire que l’ouvrage aborde les nombreuses identités que peuvent avoir chaque personne. Par exemple, un père ne possède pas seulement le rôle de père (Je-Père), mais aussi le rôle du travailleur (Je-Travail), d’un membre de parti politique (Je-Politique) ou d’un fan d’une certaine équipe de hockey (Je-Hockey). Et la liste peut s’allonger encore longtemps. Serge Marquis indique que nous ne sommes pas, entre autres, notre travail, nos préférences politiques ou sportives, nos succès ou nos échecs, nous sommes un être humain avant tout. Ce que j’en comprends ici, c’est que nous ne devons pas nous définir par ce que nous faisons ou ce que nous aimons. Notre identité, c’est nous, point final.

Mais, tous ces « Je » nous donne l’impression d’être quelqu’un d’important, c’est pourquoi notre réflexe est de toujours en avoir plus et de les protéger (donc de créer des conflits si quelqu’un est en désaccord avec nous). En fin de compte, je crois que si nous sommes conscients de nos « Je », nous avons déjà un bon bout de chemin de fait vers la connaissance de soi. C’est ce que j’ai compris en gros du livre et je trouve ce concept bien logique. Les explications de l’auteur étaient claires et faciles à comprendre grâce aux petites histoires amusantes rédigées au fil des pages.

Un détail en particulier m’a accroché. J’ai compris que nous devons tenter de limiter la réponse de notre « Je » en situation d’inconfort ou de conflit. L’auteur raconte qu’il se dirige au restaurant par une journée très pluvieuse. Une fois devant la porte, il n’arrive pas à l’ouvrir. Dans sa tête, il explique que son « Je » est déjà très furieux et donc, qu’il doit se calmer. Pourquoi? Parce que ce n’est pas nécessaire de dépenser de l’énergie à être furieux contre la porte. C’est ici que je suis moins d’accord. Lors de ma lecture, j’ai eu l’impression que ce n’était pas bien de se fâcher. Peut-être que je me trompe, mais c’est ce que j’ai senti. Si je me mets à la place de l’auteur dans cette situation, j’aurais laissé la colère m’envahir. Oui, je suis en maudit contre cette porte puisqu’elle ne s’ouvre pas. Je trouve cela bien correct de s’emporter. Dans ma tête, ma réaction doit sortir.

Une autre histoire m’a fait me questionner. Lorsque l’auteur raconte qu’il passe devant des sans-abris et qu’il se sent mal à l’aise. Il passe à cet endroit tous les jours et ne sait pas comment réagir. Il se juge lui-même, il trouve que ce n’est pas convenable d’être inconfortable. Il souhaite changer sa réaction. Pourtant, à mon avis, c’est bien correct de se sentir mal à l’aise dans cette situation. Je ne crois pas qu’il faut juger ses réactions, seulement les observer. C’est en les observant qu’on se connaît soi-même. Si cet inconfort nous dérange, alors va pour le changement! Mais, ne jugeons pas.

La réflexion de Serge Marquis demeure vraiment intéressante. Il réussit à transporter le lecteur dans son univers sans aucune lourdeur. La lecture est très fluide (j’ai lu le livre en 3 heures). Pour les gens qui ont envie de découvrir cet auteur, Je : « Connais-toi toi-même : oui, mais comment faire? » peut être un bon livre pour apprivoiser son style.

Bonne lecture!

Aucun commentaire

Laisser un commentaire