Léa – un roman de Daniel Touchette

Non, ce n’est pas la suite de mon histoire Léa (dont plusieurs lecteurs me demandent la suite, j’y travaille et j’ai hâte de la publier! 🙂 ).

C’est plutôt le premier roman policier de Daniel Touchette, un policier retraité qui a décidé de se concentrer à sa passion de l’écriture, que je vous présente aujourd’hui. Daniel Touchette a travaillé 30 ans au sein du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) et y a occupé de multiples fonctions à titre de patrouilleur, agent d’infiltration, superviseur au centre-ville de Montréal, chef de poste de quartier, assistant-directeur et responsable de la planification stratégique.

Léa est le premier tome d’une trilogie. Le deuxième tome Ulla est paru en avril 2021.

Le résumé de l’histoire

Léa met en scène de nombreux personnages dont Mathilde Durand et Éric Leblanc, des policiers travaillant comme patrouilleurs au centre-ville de Montréal. Nous y rencontrons également Émile Langlois, un sergent détective d’expérience, dont la retraite approche à grand pas, ainsi que Maxime Pouliot un adolescent, souffre-douleur.

L’histoire débute alors qu’Éric et Mathilde aperçoivent une jeune fille évanouie et étendue dans la rue. Les deux patrouilleurs feront tout en leur pouvoir pour sauver la jeune fille d’une mort certaine causant un accident assez brutal. Celle-ci s’enfuit, mais elle est rattrapée par les policiers. Elle leur révèle ensuite son prénom : Léa.

Celle-ci semble être traquée par une organisation criminelle. Une fois à l’hôpital, elle sent un danger; elle ne peut rester une seconde de plus car sa vie est menacée. Un lot de rebondissements s’enchaînera et nous découvrirons le passé mystérieux de Léa.

Mon avis

Tout d’abord, merci aux Éditions de l’Apothéose pour l’envoi du service de presse, c’est très apprécié!

Je dois dire que Daniel Touchette a su trouver une idée de roman originale et unique en son genre. Mélanger la technologie, la fraude, les disparitions d’enfants et les tueurs à gage, je ne m’attendais pas à une intrigue aussi fine et développée. L’expérience et la connaissance du métier de policier transparaît dans l’écriture de l’auteur. On se croit littéralement dans un film!

J’ai toutefois eu quelques difficultés à embarquer dans l’univers de Léa. Au début, plusieurs personnages interviennent dans l’histoire et j’étais un peu perdue face à la multitude de prénoms à retenir. Une fois que j’ai bien su capter les divers personnages, je trouvais que l’auteur sautait rapidement d’un personnage à l’autre. Par exemple, les premières fois où Maxime Pouliot intervenait dans l’histoire, je trouvais que c’était trop court. J’en voulais plus! Je m’attachais à ce Maxime et j’avais envie d’en savoir davantage à son sujet. Vers la page 150, j’ai  saisi le rythme et l’auteur a su piquer ma curiosité.

J’ai continué ma lecture et je me suis bien attachée au sergent détective, Émile Langlois. Si vous souhaitez lire Léa, je ne peux pas vraiment vous dire ce qui va se passer avec Émile, mais je peux seulement vous partager que j’étais très déçue de la tournure des événements pour ce personnage. Je n’ai même pas envie de lire le tome 2 étant donné ce dénouement qui m’a déplu. (Il faut dire que je suis susceptible en littérature et que je deviens vite protectrice de mes personnages favoris.)

Pourtant, je crois que l’auteur doit le voir de façon positive. En effet, il a réussi à me transmettre de fortes émotions, et ce, seulement par son écriture! Chapeau!

Je lui souhaite un bon succès avec cette excellente trilogie policière.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire