strélinski-lea

La vie n’est pas une course – Léa Stréliski

Bon lundi tout le monde,

J’espère que vous vous portez bien.

J’ai eu envie de me faire ma propre idée sur le livre de Léa Stréliski après avoir lu la critique de Marion Gingras-Gagné du blog Le Fil rouge qui se dit très insatisfaite de cette lecture. Elle constate que Léa Stréliski est très éparpillée dans les multiples sujets abordés, que le public cible n’est pas facilement identifiable et qu’il n’y a rien de nouveau dans la réflexion amenée par l’auteure. Marion Gingras-Gagné indique aussi avoir été agacée par les titres de chapitres qui se veulent humoristiques et par les dessins de style vintage. Elle ajoute qu’il est difficile de distinguer le ton choisi par l’auteure. Voulait-elle faire un essai humoristique, un monologue ou une thérapie personnelle ? Pour répondre à sa question, j’abonderai dans la voie de l’essai humoristique, mais j’avoue que certains passages m’ont fait douter. J’ai constaté comme Marion Gingras-Gagné quelques irritants au cours de ma lecture que je vous partagerai ci-dessous.

Résumé – 4e de courverture

Ce livre s’adresse aux essoufflés. À ceux qui ont tout essayé. Aux éreintés qui poursuivent le bonheur sans l’atteindre. Ceci n’est pas une recette, mais un portrait des temps qui courent et qui font du bien quand ils s’arrêtent. Un appel à une autre manière de vivre.

Qui est Léa Stréliski ?

Léa Stréliski est auteure, humoriste et mère de famille. Rêveuse et un tantinet rebelle, elle aimerait savoir pourquoi tout le monde court.

Mon avis

Je dois tout d’abord lever mon chapeau à Léa Stréliski qui a eu le courage de suivre son rêve de devenir humoriste. J’admire les gens qui vont au bout de leurs objectifs. Elle disait qu’elle se sentait un peu à l’écart quand elle a commencé son cours à l’École de l’humour, seule maman de la classe et seule femme dans la trentaine. Bravo à vous madame Stréliski d’avoir continué sur cette voie ! C’est tout à votre honneur.

En ce qui concerne La vie n’est pas une course, je ne me suis pas sentie interpellée par son message parce que j’avais l’impression qu’elle s’adressait seulement aux mamans. Je ne suis pas non plus dans une course folle puisque j’ai fait le choix de ne pas l’être, et ce, bien avant la crise. J’imagine que lorsque l’on a des enfants, notre mode de vie change drastiquement. Mais, est-ce obligatoire ? C’est ce qu’il y a de sous-entendu dans ce livre. Pourtant, j’ai trouvé que ce sujet n’était pas assez détaillé, j’aurais aimé en savoir plus sur les méthodes employées pour ralentir la routine métro-boulot-dodo lorsqu’on a des enfants. Est-ce qu’on doit arrêter de les inscrire à des millions de cours ? Est-ce nécessaire de les divertir 24h/24h ?

L’auteure nous confie aussi que la maternité lui a enlevé bien des réflexes de bases comme se brosser les cheveux. Elle indique : « Une brosse ? En me mettant à la passer dans mes cheveux, je vous jure que je me suis rendu compte que ça devait faire des années que je ne l’avais pas fait. Ce simple petit geste que l’on fait pour soi m’avait été dérobé. Par la force des choses, la maternité m’avait enlevé ça. » Je ramène ma question précédente, est-ce obligatoire de changer son mode de vie au point de s’oublier lorsque nous sommes maman ?

En lisant ce livre, j’avais l’impression que seule les mamans pouvaient comprendre.

Toutefois, j’ai trouvé que l’auteure amène de bons questionnements tout au long de la lecture même si elle saute rapidement d’un sujet à l’autre. Les dessins vintage ne m’ont pas agacés. Je crois seulement que c’est le genre d’humour de l’auteure. Comme dans tout, on ne peut pas plaire à tout le monde !

Somme toute, je crois que La vie n’est pas une course est un divertissement léger qui soulève des questionnements habituels pour tous les gens qui ont de la difficulté à s’arrêter et à reprendre leur souffle dans leur vie. La différence avec les autres ouvrages sur le sujet est la manière humoristique dont l’auteure écrit ses propos. J’avoue que parfois il y a des chapitres autobiographiques un peu plus dramatiques c’est pourquoi je n’étais pas certaine qu’il s’agissait d’un essai humoristique. Mais, c’est peut-être ce que l’auteure voulait faire : un mélange de plusieurs styles.

Dans mon cas, j’ai été un peu perdue au fil des pages et je ne m’y suis pas retrouvée totalement. Mais bon, je vous laisse en faire la lecture pour vous faire votre propre idée. Merci de me lire !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire