joel-2

L’Énigme de la chambre 622 – Joël Dicker

Bon lundi ! Je vous retrouve aujourd’hui avec une toute nouvelle chronique ayant pour objet le cinquième roman de l’écrivain, Joël Dicker. L’histoire de ce polar, paru en mai 2020, se déroule principalement en Suisse, ville natale de l’auteur. Suite à ma lecture, je comprends pourquoi les opinions sur ce roman sont si divisées : burlesque, indigeste, habilement pensé, frise le ridicule, intrigue palpitante…j’ai moi-même eu de la difficulté à me faire un avis clair et précis sur ce livre. J’ai laissé reposer le tout un bon deux semaines et je suis maintenant prête à vous faire découvrir l’Énigme de la chambre 622.

Résumé

Un meurtre a été commis au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. Ce crime, non résolu, fera l’objet d’une enquête de police qui ne donnera aucun résultat. De nombreuses années après cette tragédie, un écrivain séjournant à ce même hôtel tiendra alors un rôle majeur dans la réouverture de cette enquête. Sans impliquer la police, l’écrivain accumulera les indices, interrogera les témoins et remontera le fil des événements. Arrivera-t-il à trouver le réel meurtrier ?

Mon avis

Joël Dicker signe ici une intrigue enlevante et grandement élaborée au point où elle frise le ridicule…je ne peux m’empêcher de le souligner, c’est ce mot qui est sortie de ma bouche alors que je découvrais ENFIN le fameux stratège employé par le meurtrier. Oui, tout au long du roman, l’auteur a su capter mon attention, à me faire tourner les pages sans relâche à travers les multiples rebondissements s’enchaînant à une vitesse folle, mais sans toutefois réussir à m’impressionner lors de la finale. C’était comme si la révélation tant attendue était quasiment invraisemblable et surréaliste. Vraiment ?, me suis-je répétée à plusieurs reprises. La finale m’a complètement détachée de l’histoire. Moi qui m’étais investie à fond dans le récit, j’ai été bien déçue. Je ne peux nier toutefois l’habileté avec laquelle l’auteur décrit les différents personnages, habite l’esprit du lecteur par des dialogues brillants ainsi que des péripéties inattendues et variées. Oui, Joël Dicker a un énorme talent, personne ne peut dire le contraire. Ce suspense demeure un réel divertissement, j’ai eu du plaisir à suivre Macaire Ebezner, Lev Levovitch et Anastasia, mais sans plus. L’Énigme de la chambre 622 ne sera pas du tout l’un de mes coups de cœur. Si vous ne connaissez pas Joël Dicker, priorisez La vérité sur l’affaire Harry Quebert pour découvrir cet écrivain de renom.

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire