Biographie

Pourquoi suis-je devenue écrivaine publique ? Par passion tout simplement. Et surtout pour partager ma facilité avec les mots avec les gens qui ont plus de difficulté. Je veux vous faciliter la vie 🙂

 

L’écriture a toujours fait partie de ma vie et c’est récemment que j’ai décidé de me lancer à mon compte à titre d’écrivaine publique. J’ai effectué du travail administratif pendant plus de dix ans et aujourd’hui, je sentais que j’étais prête à partager mon expertise. J’ai un baccalauréat en langue française et rédaction professionnelle de l’Université Laval ainsi qu’un diplôme en techniques juridiques du Collège Bart. Quelques années comme technicienne juridique m’ont permis d’user de ma plume (résumé de jugement, mise en demeure, demande introductive d’instance, etc.), mais sans possibilité de s’éloigner du ton neutre et structuré. C’est pourquoi j’ai décidé de réorienté ma carrière, mon imagination avait besoin de s’exprimer autrement.

 

Comme vous constaterez dans la section Histoires, j’aime beaucoup écrire et diffuser le tout. J’en suis aussi maintenant à la rédaction de mon 2e roman. Mon premier est toujours en attente d’un éditeur. À suivre.

Un peu d'histoire

La mission d’un écrivain public a toujours été la même : transformer la parole en écrits pour ceux qui éprouvent de la difficulté avec l’écrit ou qui ne le maîtrise pas du tout. Au temps de l’antiquité, les scribes se chargeaient de cette mission que ce soit du domaine privé ou professionnel. Puis, au fil des siècles suivants, l’écrit se voit réservé au pouvoir politique et religieux. Les moines copistes demeurent les rares personnes à lire, rédiger et transcrire le latin.

 

Le développement des villes et de la société permettent à la profession d’écrivain public d’éclore de plus en plus, mais elle est influencée, entre autres, par l’économie, les guerres et les événements politiques. Cette profession connaît des hauts et des bas au cours des siècles, mais demeure un métier des plus précieux encore aujourd’hui.

Écrivain public ?

Vous avez sans doute remarqué que le terme écrivain public n’est pas souvent féminisé ? Lors de mes recherches, j’ai trouvé « écrivaine publique » à quelques endroits, mais je me suis vite rendue compte que plusieurs femmes utilisaient le terme au masculin. J’ai choisi de l’utiliser au féminin par préférence.

writer-2
Saviez-vous que ?

La profession d’écrivain public n’est pas encadré au Québec comme en France. Chez nos cousins français, on retrouve des associations & regroupements d’écrivains publics ainsi que des programmes universitaires officiels reconnus. À titre d’exemple, il existe une licence professionnelle intitulée : Conseil en écriture professionnelle & privée, Écrivain public.

Je suis

 

  • Bachelière en langue française et rédaction professionelle de l’Université Laval

 

  • Technicienne juridique diplômée du Collège Bart possédant trois ans d’expérience dans de grandes compagnies d’assurance

 

  • Rédactrice d’expérience

 

  • Gestionnaire de médias sociaux

 

  • Blogueuse littéraire
moi-2