Contes So-Lam : Mor-Lath, Yaga et Ron’sé

Découvrez une série jeunesse mettant en vedette des personnages attachants et drôles, parfois sournois, parfois courageux, mais qui évoluent tous à leur manière afin de devenir la meilleure version d’eux-mêmes. Vous retrouverez les contes So-Lam au sein de livres traditionnels, mais aussi sous forme de livres numériques disponibles en PDF vous permettant de passer du français à l’anglais en un seul clic ! Une superbe idée pour les débutants en langue anglaise ! À la suite d’une demande de l’auteur Jonathan Simard, j’ai pu ainsi découvrir ces récits parsemés de réflexions intéressantes, de belles illustrations colorées, et ce, dans le plaisir. Je vous offre de rencontrer aujourd’hui : Mor-Lath, le mirgal curieux, Yaga, la déesse de la nature et Ron’sé, un Ahlendser courageux.

Mor-Lath, L’Étranger

Ici, nous faisons la rencontre d’un petit mirgal curieux. C’est une créature avec de grands yeux, de longues mains et qui avance telle une araignée avec ses nombreuses pattes. À première vue, je n’avais pas envie d’en savoir plus sur les mirgals surtout qu’ils se nourrissent de cadavres. Disons que si vous me donniez le choix entre regarder un petit chaton ou un mirgal, le choix me serait très facile ! haha ! Dès les premières pages, j’ai jugé le personnage sur son aspect, mais je me suis vite rendue compte que c’était un peu le sujet principal du récit. Ne pas juger les gens (les créatures dans ce cas-ci) selon leurs différences. Au fil de l’histoire, nous voyons Mor-Lath affecté terriblement par tous les commentaires négatifs des villageois et j’ai trouvé que c’était très bien amené. Il y a d’autres leçons à tirer de ce conte et c’est ce qui en fait sa richesse. J’ai vraiment apprécié cette incursion dans le monde des Mirgals.

Yaga, La déesse de la nature

Un personnage qui n’en fait qu’à sa tête ! C’est Yaga, cette petite peste que nous rencontrons au début du conte. Sa mère lui ordonne de lire un nombre incalculable de tablettes afin de devenir la déesse de la nature et d’apprendre ainsi comment créer les plantes et les animaux. Elle devra aussi s’occuper de la gestion du climat à l’échelle planétaire. Yaga obtient l’aide d’un être immortel nommé Wit’ak qui se retrouve avec tout le travail. En effet, Yaga, trop pressée de s’amuser avec ses pouvoirs (eau, air, feu, terre) le laisse lire toutes les tablettes seul. Elle se croit supérieure, plus puissante…mais elle verra que son attitude ne lui apportera rien de positif. Une histoire qui fait réfléchir…il n’est jamais bon de se penser meilleur que les autres !

Ron’sé, le courageux

C’est une belle surprise dans ce conte So-Lam de voir que ce sont les hommes qui peuvent devenir « enceints » ! Les bébés prennent forme sur le dos du père dans une épaisse carapace impénétrable. Déjà avec cet élément, ma curiosité avait été piquée. Puis, nous découvrons que ce peuple, les Ahlendsers, craint les blessures et évite ainsi toute les situations dangereuses. Le personnage principal, Ron’sé, parle énormément et pose beaucoup de questions. Il sera le seul, après la venue soudaine d’une tornade, à tenter de sauver les victimes, prisonnières des débris. Son courage l’amènera donc à continuer sa route malgré les traditions et malgré la jalousie des habitants de son village. Un conte rempli de nombreux thèmes comme le deuil, la jalousie, l’initiative et l’entraide qui apporte de belles réflexions.

Merci à Jonathan Simard pour cette belle découverte de littérature jeunesse ! Je souhaite beaucoup de succès et longue vie aux contes So-Lam !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire