La mémoire du lac – Joël Champetier

Cette semaine, je vous parle du premier roman fantastique de Joël Champetier : La mémoire du lac. Publié en 1994 aux Éditions Alire, La mémoire du lac peut rappeler l’ambiance qu’on retrouve dans les livres de Stephen King. L’intrigue est mystérieuse et le suspense nous tient en haleine tout le long du livre. Je ne connaissais pas Joël Champetier, lui qui a 16 romans à son actif, mais qui est malheureusement décédé en 2015. Cela faisait longtemps que La mémoire du lac était sur ma table de chevet et j’ai été agréablement surprise de la vitesse à laquelle j’ai embarquée dans l’histoire. Un classique à découvrir !

Résumé du 4e de couverture

Ville-Marie, petite ville sur les bords du lac Témiscamingue. Parmi la population, Daniel Verrier, que tous connaissent parce qu’il vient de perdre ses deux enfants en bas âge, morts par noyade. Miné par le remords – il est en partie responsable de la mort de ses enfants –, délaissé par sa femme et aux prises avec de graves problèmes psychologiques, dont le moindre n’est pas une amnésie partielle, Verrier sombre lentement dans la folie. Mais est-ce bien la folie ou s’agit-il d’autre chose ? Pourquoi le demeuré de la ville, Éric « la Poche » Massicotte, le poursuit-il sans relâche de son message sibyllin : Daniel, le lac attend ? Et quel rapport y a-t-il entre ses malheurs et le charnier découvert dans les caves du manoir Bowman, où d’étranges rites amérindiens semblent avoir été utilisés ? Les réponses sont peut-être enfouies dans la mémoire déficiente de Verrier… ou au plus profond du lac Témiscamingue !

Mon avis

L’action commence dès qu’on tourne les premières pages du livre. Daniel, un pompier volontaire de Ville-Marie, doit se rendre immédiatement au feu qui fait rage à la « vieille Commission scolaire ». Il se blesse dans l’exercice de ses fonctions (je ne vous dirai pas les détails), mais ce fait nous amène à nous attacher au personnage principal et à comprendre sa façon de penser et de voir les choses. L’histoire se déroule à Ville-Marie, une petite ville où tout le monde se connaît et où l’information circule très vite. J’ai trouvé que l’auteur avait bien réussi à laisser transparaître cet aspect des petits patelins. On sent vraiment que tous les habitants de Ville-Marie connaissent bien l’histoire de Daniel.

Comme inscrit sur le 4e de couverture, Daniel perd ses enfants dans le lac. C’est à partir de ce moment que le roman prend un caractère plus fantastique. Le livre est divisé en 3 parties : I. Sous la glace / II. Le manoir Bowman / III. Les profondeurs du lac

Cette façon de diviser le roman m’a plu et j’ai trouvé que chaque partie suivait logiquement la précédente sans lourdeur et sans problème de compréhension. J’ai aussi bien aimé tout le côté historique et fantastique puisé dans la culture amérindienne.

Je ne vous dirai pas la fin, bien entendu, mais je peux vous affirmer que c’est la seule chose que je n’ai pas appréciée. Je n’ai pas aimé ce que l’auteur a fait au personnage principal…il n’avait pas assez souffert jusqu’à maintenant ? Je vous recommande tout de même La mémoire du lac, je suis certaine que si vous aimez les histoires mystérieuses et les atmosphères fantastiques, vous allez aimer ce roman de Joël Champetier.

Merci de me lire et bonne lecture à vous !

Un commentaire sur “La mémoire du lac – Joël Champetier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s