Un homme et son péché – Claude-Henri Grignon

Quoi de mieux que la fameuse histoire de Séraphin Poudrier pour ajouter à ma liste de lecture de classiques québécois. J’ai terminé le roman de près de 200 pages en trois jours. J’étais familière avec les personnages ainsi que l’histoire en générale ayant déjà écouté à quelques reprises Les Belles histoires des pays d’en haut (émission inspirée du livre diffusée dans les années 50).

J’ai déniché le roman de Claude-Henri Grignon à la boutique Au lieu du livre près de l’avenue Cartier à Québec. Cela faisait longtemps que j’avais envie de lire cette œuvre et c’est pourquoi je me suis laissée tenter.

Petit résumé

Pour mes lecteurs qui ne connaissent pas l’histoire de Séraphin Poudrier, voici un extrait du livre pour vous mettre en contexte :

«Tous les samedis, vers les dix heures du matin, la femme à Séraphin Poudrier lavait le plancher de la cuisine, dans le bas-côté. On pouvait la voir à genoux, pieds nus, vêtue d’une jupe de laine grise, d’une blouse usée jusqu’à la corde, la figure ruisselante de sueur, où restaient collées des mèches de cheveux noirs. Elle frottait la pauvre femme, elle raclait, apportant à cette besogne l’ardeur de ses vingt ans. » 

La femme de Séraphin Poudrier se nomme Donalda Laloge, en fait je ne devrais pas dire la femme de Séraphin, mais plutôt « l’esclave » de Séraphin. Ce dernier l’exploite comme il exploite les gens de son village en leur prêtant de l’argent à des taux d’intérêts démesurés. Séraphin Poudrier ne se prive pas de demander l’argent qui lui revient malgré la misère de ses emprunteurs. Il cache aussi son or, son argent et ses billets dans des sacs d’avoine placés dans sa chambre « secrète » soigneusement verrouillée à clé. Il s’y retrouve souvent pour toucher cet or et en devient pratiquement ivre. Séraphin Poudrier est l’exemple parfait de l’avarice.

Le destin tragique de Donalda

Dès les premières pages, je retrouve une Donalda soumise qui préférerait être morte plutôt que d’être marié à un homme tel que Séraphin.

« Donalda, à genoux, mais droite comme un cierge, regardait agir cet homme extraordinaire. La gorge sèche et la langue paralysée, elle désirait la mort. Elle fit la morte. »

J’ai senti sa douleur à travers le récit et j’ai même éprouvé une certaine pitié pour cette jeune femme, marié à un homme de vingt ans son aîné, exécutant ses tâches ménagères sans relâche. J’ai bien reconnu aussi le personnage de Séraphin, cupide et dur, sans une once de sympathie pour son entourage.

À peine arrivée à la page 50, Donalda tombe malade. Elle se retrouve assez vite clouée au lit. Au fil de ma lecture, j’ai bien vu qu’un miracle devait se produire pour qu’elle puisse se rétablir. Elle finit même par délirer tellement sa fièvre est élevée. Je ne vous raconterai pas les détails, mais disons que je suis demeurée assez surprise par la rapidité du déroulement des événements.

Mon avis

J’ai beaucoup aimé lire ce classique et découvrir l’histoire originale des Belles histoires des pays d’en haut. Les nombreux dialogues rythment le texte, les descriptions sont claires et précises et les personnages bien présentés. Le seul hic que j’ai pu constater est la multitude de différences avec le film ou encore la série dont, entre autres, le fait que la passion amoureuse de Donalda envers Alexis Labranche ne soit nullement évoquée dans le livre. Cela m’a fait même douter si j’avais la bonne version d’Un homme et son péché entre les mains. De plus, dans la série, il y a un lot de personnages dont le curé, le fameux Bidou Laloge, le forgeron, l’aubergiste ou même le quêteux qui ne sont aucunement mentionnés dans le livre.

Savez-vous si Claude-Henri Grignon a fait paraître d’autres histoires mettant en vedette ces personnages ? Est-ce que l’auteur les a créés pour favoriser les intrigues dans la série ? Si vous en savez davantage, n’hésitez pas à m’écrire, je suis curieuse de comprendre. Au plaisir de vous lire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s